Archive | décembre, 2012

24 heures d’action féministe à travers le monde – Déclaration Internationale de la Marche Mondiale des Femmes

10 Déc

Aujourd’hui, le 10 décembre 2012, nous de la Marche Mondiale des Femmes, ferons des actions dans nos communautés entre midi et 13 heures. De la Nouvelle Calédonie jusqu’à Seattle, nous nous mobilisons pendant 24 heures pour lancer un cri d’alarme sur les attaques aux droits des femmes et pour faire connaitre nos actions de résistance et nos alternatives.

courtepointe

Il y a huit ans, en 2004, réunies à Kigali au Rwanda, nous avons approuvé la Charte Mondiale des Femmes pour l’Humanité après un long processus d’élaboration collectif. Cette charte affirme que: « Nous, marchons depuis longtemps pour dénoncer et exiger la fin de l’oppression que nous vivons en tant que femmes, pour dire que la domination, l’exploitation, l’égoïsme et la recherche effrénée du profit menant aux injustices, aux guerres, aux conquêtes et aux violences ont une fin… Nous bâtissons un monde où règneront l’égalité, la liberté, la solidarité, la justice et la paix. Ce monde, nous avons la force de le créer. »

Aujourd’hui en 2012, l’objectif de construire d’autres formes d’organisation de la vie qui dépasseraient le patriarcat, le capitalisme, le racisme et la lesbophobie, prend tout son sens face aux crises systémiques et aux fausses solutions imposées. La crise économique aggrave le chômage et ne connaît comme réponse que des mesures d’austérité et des coupes dans les politiques sociales. La crise environnementale et climatique n’a comme réponse que la privatisation de la nature. La crise du travail de soins (« care-work ») entraîne de plus grandes responsabilités et une surcharge incombant aux femmes, particulièrement dans les soins des nécessités les plus basiques que nous avons tous et toutes. Ces fausses solutions qu’on nous impose proviennent de l’appropriation de l’espace politique par les corporations et les technocrates financiers ainsi que la criminalisation des luttes sociales et l’augmentation de la militarisation. Ces crises favorisent et se nourrissent de l’augmentation du conservatisme, des attaques des intégristes de différentes religions, de l’accroissement de tout type de violence envers les femmes, du contrôle et de la plus grande marchandisation de nos corps, et les menaces sur nos droits et nos acquis.

La poète philippine Joe Barrios résume: être femme, c’est vivre une guerre continue.

Nous les femmes tissons la vie au sein d’une crise permanente. Nous construisons des alternatives dans le développement d’autres formes de production et de préparation d’aliments, dans le travail de soins (« care-work »), dans l’économie solidaire, dans les radios communautaires et dans d’autres formes de communication à partir des mouvements sociaux et dans les fêtes populaires débarrassées de sexisme et de discrimination. Nous développons des pratiques contre-hégémoniques et des alternatives de pouvoir populaire, nous réécrivons l’histoire pour récupérer la mémoire de nos grands-mères et nos pionnières féministes pour recréer une harmonie entre les humains et la nature qui invitent à débattre d’une vie qui vaut la peine d’être vécue.

Nous proposons un autre monde où l’exploitation, l’oppression, l’intolérance et les exclusions seront abolis, où l’intégrité, la diversité et les droits et libertés de toutes et tous soient respectés.

Nous sommes ensemble dans une action commune ce 10 décembre et nous approfondissons la résistance dans nos pays et dans le monde :

Nous marchons

Nous nous organisons et nous résistons

Nous marchons

Et nous nous rebellons

Nous marchons

Pour construire d’autres formes de vivre

Nous marchons

Et nous nous unissons

Nous marchons

Nous nous reconnaissons et nous décidons

Nous marchons

Nous parlons et nous crions

Nous marchons

Pour créer une nouvelle économie

Nous marchons

Nous dansons et nous chantons

Nous marchons

Et nous sommes dans la rue

Nous marchons

Nous nous souvenons et nous nous découvrons

Nous marchons

Et depuis nos racines, nous existons

Nous marchons

Pour vivre la sexualité en liberté

Nous marchons

Pour réaffirmer le féminisme et nos solutions réelles féministes

Nous marchons

Nous luttons,

Nous marchons pour construire des vies qui valent la peine d’être vécues

Nous serons unies jusqu’à ce que toutes les femmes soient libres.

 

Femmes en résistance, 10 décembre 2012

 

Plus d’informations:

http://www.24heures2012.info/

Publicités